Bourdonnements à l’oreille, sifflements de cigales, bruit de la mer et tintements de cloche, à moins que vous ne soyez devant une église en bord de mer en plein été au milieu d’abeilles et de cigales, il y a peu de chance que vous perceviez ces sons. Si vous présentez l’un de ces symptômes, il y a de grandes chances que vous ayez des « acouphènes ».

Qu’est-ce qu’un acouphène ?

Ce sont de « faux bruits » perçus par l’oreille, ou les deux oreilles. Bien que ce ne soit pas douloureux, il faut cependant reconnaître que ces bruits peuvent être fort désagréables, de surcroît quand ceux-ci surviennent à répétition. Aussi, il est nécessaire de trouver un moyen d’y remédier. Mais avant d’entreprendre quoi que ce soit, il faut d’abord passer par un spécialiste qui se chargera d’examiner vos conduits auditifs : dans ce cas, il s’agira d’un médecin ORL, armé du savoir et des outils nécessaires pour identifier le problème et poser le diagnostic, et éventuellement écarter le doute que vous fassiez une otite, terme qui ne vous est sûrement pas étranger tant il est répandu, au cas où vous l’ignorez, c’est une maladie touchant l’oreille moyenne ou interne, d’origine virale ou bactérienne, qui se manifeste par des douleurs aiguës, un sifflement persistant ainsi qu’une sécrétion de pus. Pas très agréable comme expérience. En attendant de passer chez le médecin, découvrez dans la suite de cet article ce que vous devez savoir si vous soupçonnez des acouphènes.

Acouphènes : comment y remédier ?

Qu’ils soient permanents ou seulement passagers, les acouphènes inquiètent. Après tout, il n’est pas courant que des bruits survenus de nulle part frappent à vos oreilles. Dans le meilleur des cas c’est une paranoïa, dans le pire des cas c’est la surdité qui se profile à l’horizon.
De manière générale, ce phénomène survient après l’âge de 50 ans, mais de toute manière, il faut traiter. Le traitement médicamenteux doit être obligatoirement prescrit par votre médecin traitant : entre antidépresseurs, antiépileptiques et vasodilatateurs, bref, une panoplie de médicaments appartenant à des classes thérapeutiques délicates avec lesquelles il ne faut surtout pas jouer.
Cependant, des méthodes sans danger se substituent bien aux méthodes classiques. Ici, on vous parlera d’homéopathie.

Homéopathie, qu’est-ce que c’est ?

Ce mot aussi doit vous être familier. Cette méthode, 100% naturelle, existe depuis des millénaires. Bien que très controversée de nos jours, elle a pourtant prouvé son efficacité et compte de nombreux adeptes.

Étymologiquement, l’homéopathie dérive du grec : « homos » qui veut dire « même » et « pathos » pour pathologie. Le principe, comme son nom l’insinue, est ainsi : tout ce qui peut provoquer un mal peut aussi le guérir. Un peu comme « guérir le mal par le mal » 

Ce sont des substances thérapeutiques administrées à des doses infinitésimales qui, à des doses plus élevées, peuvent provoquer des symptômes semblables à la maladie que l’on souhaite traiter.

Par un exemple, le traitement des coups de soleil : ils peuvent être traités avec du venin d’abeille à très petite dose car il provoque les mêmes symptômes : rougeur et brûlure de la peau. Maintenant que le principe est clair, nous pouvons avancer.

Traiter les acouphènes avec l’homéopathie 

Le traitement sera pris jusqu’à disparition ou amélioration des symptômes. Certains traitements peuvent s’avérer être des compléments alimentaires efficaces :

  • Manganèse oligo-éléments : comme source de manganèse, une dose par jour.
  • Magnésium oligo-éléments : comme source de magnésium, élément essentiel à l’approvisionnement en énergie à l’organisme. Une dose par jour.

Ceux-ci en tant que stimulants pour l’organisme. Voici d’autres traitements, sous forme de granules, plus spécifiques des symptômes. Nous recommandons d’en prendre trois qui se rapprochent le plus de vos symptômes : 

  • Acouphènes avec migraine et asthénie : China Rubra 7 CH.
  • Acouphènes avec symptômes ORL caractérisés par des glaires denses et jaunes : Hydrastis 5 CH.
  • Acouphènes pulsatiles (évoquant les battements du coeur) : Glonoinum 9 CH.
  • Acouphènes causés par le bruit environnant : Actea Racemosa 9 CH.
  • Acouphènes chez les ménopausées avec des symptômes typiques (bouffées de chaleur, nez/oreilles bouchées) : Lachesis 9 CH. 

Prévenir les acouphènes 

Car il vaut mieux prévenir que guérir ! Voici les gestes à adopter :

  • Pas de médicaments avant de consulter son médecin : réflexe dangereux qui risque plutôt d’exacerber les symptômes.
  • Ne pas s’exposer aux nuisances sonores.
  • Limiter la consommation d’alcool/tabac.
  • Limiter l’usage du smartphone : à cause des ondes radioactives qu’il dégage qui pourraient provoquer les acouphènes. Vous pouvez cependant user de « patch anti-ondes » pour soulager les symptômes.  

Leave a Comment