Les maux de tête sont monnaie courante, et sont souvent handicapants, nous obligeant parfois à changer nos plans pour le jour. Appelés aussi “céphalées”, les maux de têtes affectent plus de femmes que d’hommes et sont relativement fréquents. Ils durent en moyenne deux heures et touchent près d’une personne sur deux entre l’âge de 18 et 65 ans.

Le plus souvent, ils sont bénins voire banals dans 95% des cas, ce qui induit une indifférence du malade quant à s’en occuper, mais il faut se rappeler qu’avoir mal n’est jamais chose normale, et de ce fait, il ne faut pas les sous estimer. Les céphalées peuvent être dangereuses

Voilà pourquoi il est nécessaire de les traiter, de les prendre en charge, surtout lorsqu'elles surviennent en épisodes répétitifs et douloureux, car cela signale une migraine. 

Qu’est-ce qu’une migraine ?

Les migraines sont un type de céphalées qui sont caractérisées par des maux de têtes extrêmes et violents, des fois associés à des vomissements. Elles surviennent le plus souvent de façon irrégulière et touchent plus de femmes que d’hommes. 

On diagnostic une migraine chez un patient présentant deux des symptômes suivants : 

  • Des douleurs pulsatiles : c’est-à-dire qu’elles semblent reproduire les battements de votre cœur,

  • une douleur qui est aggravée lorsque l’on bouge : un mouvement de la tête, qu’il soit brusque ou non, vous donne l’impression d’aggraver cette douleur,

  • des douleurs unilatérales : c’est-à-dire survenant d’un seul côté de la tête. Mais il faut noter ici que même si les migraines sont caractérisées par leur côté unilatéral, il n’est pas rare qu’elle survienne sur les deux tempes. 

  • des douleurs modérées, voire sévères : qui nous empêchent de vaquer à nos occupations. 

Quels sont les facteurs déclencheurs d’une migraine ?

La migraine pulsatile est un trouble qui touche aussi bien le système nerveux que les différents vaisseaux du cerveau. On attribue son origine à la génétique, c’est-à-dire qu’il se transmet généralement chez les membres de la même famille. Ce caractère héréditaire a été découvert il y a longtemps et joue un rôle très important lorsqu’on parle de “migraines d’aura”. Cependant, aucun gène n’a été incriminé, mais il existe une combinaison et association de plusieurs variantes génétiques. A ce jour, on en dénombre plus d’une douzaine. 

Pour que la migraine apparaisse, certains facteurs environnementaux sont nécessaires surtout chez les personnes prédisposées génétiquement, mais on ne les connaît pas encore. 

Il y a plusieurs facteurs qui peuvent déclencher une migraine, entre autres : 

  • Les hormones : Le plus souvent chez les femmes, ces migraines sont déclenchées par la chute du taux d’oestrogène qui précède la survenue de leurs règles. C’est ce que l’on appelle une migraine cataméniale,

  • le stress : semblant être au cœur de nos problèmes de santé, le stress peut être un facteur déclenchant d’une migraine. Cela est dû à la montée d’adrénaline, hormone du stress. Voilà pourquoi on parle de migraine adrénergique,

  • troubles du sommeil : que cela soit un excès de sommeil ou au contraire un déficit, il n’est pas rare que cela provoque une migraine.

Comment traiter une migraine ?

Les migraines sont handicapantes, de ce fait, elles nécessitent une prise en charge. Il ne faut pas l’ignorer, car cela peut suggérer de plus gros problèmes de santé. 

Comme pour toute maladie, il existe différents moyens pour traiter une migraine : 

Un traitement de crise

C’est un traitement symptomatique qui aura pour but premier de diminuer la douleur et d’amoindrir la crise. Il se divise en traitement non spécifique, notamment les antalgiques tels que le paracétamol, l’aspirine ou les différents anti-inflammatoire non stéroïdiens, et les traitements plus spécifiques, faisant partie de la classe médicamenteuse des triptans. Pour ces derniers, le mode d’action est de tout simplement s’opposer à la dilatation des vaisseaux sanguins du cerveau. 

Un traitement de fond 

Le traitement de fond n’est pas requis dans tous les cas, il n’est nécessaire que lorsque la fréquence des épisodes est égale ou supérieure à trois épisodes par mois et que les traitements de crise ne font rien pour amoindrir la sévérité de la douleurs. 

Il s’agit de médicaments sous prescription médicale, nécessitant un suivi médical rigoureux non seulement pour prévenir les rechutes mais aussi pour contrôler l’action du médicament dans le corps. Le médecin peut ainsi prescrire des bêta ou des alpha bloquants, des inhibiteurs calciques, voire même des traitements hormonaux dans le cas des femmes.

Une migraine n’est pas à sous estimer, et si les choses s’aggravent ou que vous êtes déjà sous traitement, n’oubliez pas de consulter votre médecin.

Leave a Comment