Maux de tête, céphalées, sinusite, migraine. Effectivement, ce sont tous des synonymes. Tant de mots pour décrire une seule chose, c’est dire si cette chose est pénible. Avoir des douleurs au crâne n’est jamais une partie de plaisir, on a l’impression que notre tête va exploser et on n’a plus qu’un seul désir : poser sa tête sur un oreiller et plonger dans un profond sommeil.

Bien sûr, certains essaient de faire passer le mal avec du doliprane. D’autres, préférant le naturel, optent pour une tasse de café. Sinon, les plus extrêmes vont jusqu'à prendre un somnifère pour un bref coma loin de la torture cérébrale.

Pourtant, il arrive que ces traitements ne marchent pas ou que les maux de tête reviennent. C’est à ce moment-là que l’on parle de migraine. Après tout, il faut bien que la migraine soit tenace sinon on ne serait pas aussi nombreux à s’en plaindre autant! 

Ainsi se pose la question : pourquoi a-t-on la migraine et comment s’en débarrasser ? 

La migraine, qu’est-ce que c’est ?

Très commune dans notre langage courant, celle-ci n’est en réalité pas aussi fréquente que l’on pense. 

On a tendance à parler de migraine au moindre mot de tête, ne serait-ce que passager. Or, par définition, la migraine est une maladie caractérisée par des accès répétitifs de maux de tête ; selon le Larousse médical. 

Quelles sont les causes des migraines ?

Toute maladie, quelle qu’elle soit, a une cause. Malheureusement, la cause physiologique est encore inconnue. Cela ne nous empêche pas cependant de théoriser sur les différents mécanismes à l’origine de ces douleurs sadiques :

  • Dilatation des artères cérébrales,
  • inflammation au niveau des méninges (méningite) ou des vaisseaux (vascularite) : dans ce cas la migraine est un symptôme,
  • facteur génétique : des études ont démontré que certains cas de migraines étaient observés dans une maladie génétique rare, la migraine hémiplégique, et que le gêne déficient serait porté par le chromosome 19.

Faute de causes réelles, on a cependant pu déterminer les facteurs déclencheurs de ces crises.
En chef de file, on retrouve le stress, responsable de tous les maux, d’autant plus qu’il fait carrément partie de notre quotidien. Le mode de vie moderne doit s’adapter à un monde qui va vite, c’est un mode de vie qui est principalement caractérisé par le surmenage, le manque de sommeil, la prise excessive d’excitants en tout genre histoire de tenir le rythme (on parle de café, thé, boissons énergisantes), mais aussi les écrans : smartphones, ordinateurs portables, tablettes, ces outils font partie de notre quotidien et il est difficile, voire impossible, de s’en passer. Particulièrement en cette période de confinement où l’heure est au télétravail et e-learning et où le seul contact permis se fait à distance, soit à travers les écrans.

Même si on ne les utilise pas, ces appareils dégagent des ondes, c'est pourquoi on vous dit depuis des années « ne dormez pas avec le téléphone sous l’oreiller », années durant lesquelles on a vu l’émergence d’articles imputant le cancer cérébral aux ondes téléphoniques.  À côté, il y a les ondes Wifi, omniprésentes, qui pénètrent aussi bien les murs que notre crâne. 

À côté du stress, il y a d’autres facteurs, comme l’excès de sommeil, un déséquilibre alimentaire (hypoglycémie induite par le jeûne, repas sauté), les facteurs hormonaux (grossesse, prise de contraceptifs oraux, puberté, période pré-menstruelle), la gueule de bois (abus d’alcool), le sevrage tabagique ou alcoolique, le bruit.

Comment traiter une migraine ?

Si les maux de tête surviennent par crises récurrentes et persistantes, c’est-à-dire qu’elles durent de 4 à 72 heures, vous avez sûrement affaire à une migraine. En attendant de consulter un médecin qui vous prescrira un traitement adapté, voici ce que vous pouvez faire pour soulager la crise:

Dans un premier temps, on tentera de la calmer par des gestes simples :

  • Exercer une pression sur la tempe du côté douloureux,
  • dormir dans le noir complet et le calme absolu,
  • appliquer une serviette glacée ou imbibée d’eau bouillante sur la tête pour rétrécir ou dilater les vaisseaux,
  • boire du café noir ou manger un morceau de sucre,
  • en cas d’échec, la prise d’antalgiques de classe I, comme l’aspirine, le paracétamol ou les anti-inflammatoires peut se révéler efficace. Dans le cas contraire, ne surtout pas abuser des doses et consulter un médecin.

Si vous utilisez souvent votre smartphone, tablette ou ordinateur portable, réduisez l’usage de ces derniers, sources d’ondes radioactives nuisibles à votre cerveau. Sinon, utilisez des patchs anti-ondes : ils absorbent les ondes et soulagent les symptômes.

Leave a Comment